Fédération
Mayenne
Accueil > Actualités > Réforme de l'enseignement supérieur - Réaction d’Olivier Richefou, Président de la fédération UDI de la Mayenne

Actualités


Réforme de l'enseignement supérieur - Réaction d’Olivier Richefou, Président de la fédération UDI de la Mayenne

Le 04/06/2013

« Ce projet de loi ne répond pas au problème de la pauvreté et de la dépendance financière des étudiants, creusant un peu plus les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur.»

« Le Département de la Mayenne compte près de 3200 étudiants, soit moins de 3% des effectifs total des Pays de la Loire. L’Université du Maine, dont Laval est une antenne, est déjà fragilisée par une sous-dotation de la part de l’Etat et le projet de loi Fioraso risque d’accentuer cette inégalité. 

En effet, l’un des principaux défauts de cette réforme est qu’elle ne traite, à aucun moment, du financement de l’enseignement supérieur dont les dotations provenant essentiellement de l’Etat sont amenées à diminuer.

L’autre défaut majeur de ce projet de loi est le manque de confiance aux établissements. Avec la « Stratégie nationale de l’Enseignement Supérieur » c’est un pas en arrière qui est réalisé contre l’autonomie des universités. De la même manière, s’il est une bonne chose d’ouvrir les conseils d’administration à la société civile, la réforme prévoit la réduction du rôle du président et du Conseil d’administration avec la création d’une nouvelle usine à gaz : le Conseil académique.

Avec ce projet de loi les établissements d’Enseignement Supérieur reviennent sous la tutelle stricte de l’Etat sans leur laisser l’opportunité de développer des partenariats privés, des partenariats avec les chercheurs et les entreprises. Et, ce, sans résoudre les problèmes criant de financement de nos établissements.

De plus, le Président de la République s’est donné comme priorité la Jeunesse. Or, ce projet de loi ne répond pas au problème de la pauvreté et de la dépendance financière des étudiants, creusant un peu plus les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur. L’UDI préconise la création d’une allocation d’études supérieures, placée sous condition de ressources et financée par la suppression de la demi-part fiscale dont bénéficient les parents des étudiants de moins de 25 ans.

La Jeunesse est une vraie priorité et je me réjouis d’appartenir à une majorité départementale exemplaire en la matière, qui dans une démarche volontariste accorde des prêts d’honneur et des bourses pour les étudiants de la Mayenne. »

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact